Passer au contenu principal
Archives citoyennes du Plateau-Mont-Royal

Témoignages


Témoignages…
un patrimoine immatériel

Les luttes pour la sauvegarde de l’église anglicane de l’Ascension (1988-1993), du Rialto (1987-2002) et du Carmel de Montréal (2004-2005) sont le fruit des actions de nombreuses personnes engagées dans la vie du quartier Mile End et de son histoire.

Ces documents d’archives d’histoire orale contribuent à une meilleure compréhension et interprétation du passé du Mile End et font partie du patrimoine immatériel du Plateau-Mont-Royal.

Des femmes au cœur de ces luttes et de l’histoire du Mile End

Nous vous présentons ici le témoignage de quatre femmes, : des leaders de l’action citoyenne qui ont contribué à sauvegarder ces bâtiments et une chercheure engagée dans la vie du quartier et l’histoire du Mile End.

Toutes, nous partagent leur passion, leur vécu et leur expérience… et nous parlent notamment de motivations, d’enjeux, d’organisation, de la collaboration avec Kevin Cohalan, de moments marquants et de leur attachement au Mile End. Elles livrent un message aux générations actuelles et futures.

Lorraine Decelles

Madame Lorraine Decelles s’est impliquée dans la lutte pour la sauvegarde du Carmel de Montréal alors qu’elle œuvrait à la Maison d’Aurore et qu’elle était présidente d’Action Solidarité Grand Plateau aujourd’hui nommée Corporation de développement communautaire Plateau-Mont-Royal.

Témoignage sur la chaine SHP

Pour en savoir plus

Notes biographiques

Lorraine Decelles a fait ses études en travail social et en gérontologie sociale à l’université du Québec à Montréal et a travaillée pendant près de 30 ans à la Maison d’Aurore qui est un centre de regroupement et d’action communautaire sur le Plateau Mont-Royal. Elle a été présidente de la table de quartier Action Solidarité Grand Plateau pendant 18 ans, aujourd’hui nommée la Corporation de développement communautaire Action Solidarité Grand Plateau. Membre du CA de la Société d’histoire du Plateau-Mont-Royal, elle est aussi impliquée à titre bénévole dans divers organismes.

 

Helen Fotopulos

Madame Helen Fotopulos a œuvré pendant plus de 25 ans dans la politique municipale à Montréal et nous raconte diverses interventions effectuées à ce titre pour la sauvegarde du patrimoine, notamment dans le Mile End.
Entre autres, Helen Fotopulos s’implique activement en 1994, alors qu’elle est conseillère municipale du district Mile End, dans la lutte pour la sauvegarde du théâtre Rialto.
En 2005, alors qu’elle est mairesse de l’Arrondissement Plateau-Mont-Royal, elle s’implique pour la sauvegarde du Carmel.

Témoignage sur la chaine SHP

Pour en savoir plus

Notes biographiques

D'origine russe et grecque, Helen Fotopulos est née à Montréal, dans le quartier Mile End. Elle fait ses études universitaires à l'Université McGill. Dans son parcours professionnel, Helen Fotopulos a été notamment une personnalité marquante de la scène politique montréalaise.

De 1988 à 1994, elle a été conseillère politique pour le maire Jean Doré. Elle est élue pour la première fois comme conseillère municipale du district Mile End dans l'arrondissement Le Plateau-Mont-Royal en 1994, et occupe ce poste jusqu'à l'élection générale de 2001, où elle en devient la mairesse. Elle siège alors au comité exécutif de la Ville de Montréal et agit d'abord à titre de responsable de la culture et du patrimoine (2001-2004) puis de l'environnement, du Mont-Royal, des parcs, des Muséums nature et de la condition féminine (2004-2009).

De 2009 à 2013, elle est conseillère municipale du district de Côte-des-Neiges dans l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce et est responsable des questions culturelles au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Madame Fotopulos est reconnue pour son approche innovante en matière de culture, de design urbain, d'environnement et de démocratie participative. Après cinq mandats consécutifs au conseil municipal de Montréal, elle s'investit dans des initiatives de développement de la démocratie dans l'espace postsoviétique.
En 2017, appuyée par l'Union des municipalités du Québec, Mme Fotopulos concrétise un projet qui lui tient à cœur soit la création de la première association québécoise d'anciens élus municipaux. Elle devient vice-présidente de la branche québécoise de BPW (Business and Professionnel Women). Elle est consultante senior – conseil stratégique au niveau international, interculturel et interdisciplinaire.

 

Claudine Schirardin

Madame Claudine Schirardin est co-fondatrice, en 1982, du Comité des citoyens du Mile End où elle est toujours active. Le Comité a contribué à la préservation d’édifices patrimoniaux comme l’église anglicane de l’Ascension afin de relocaliser la bibliothèque du Mile End, aujourd’hui renommée « Mordecai Richler », et la sauvegarde du théâtre Rialto.

Témoignage sur la chaine SHP

Pour en savoir plus

Lien vers la page de l’église de l’Ascension
Lien vers la page du Rialto
Site web du Comité des citoyens du Mile End


Notes biographiques


Claudine Schirardin, directrice de garderie en milieu scolaire à la retraite, est engagée bénévolement depuis plusieurs années dans la vie de son quartier, notamment au YMCA du Parc et au Comité des citoyens du Mile End.
« Arrivée de Suisse en 1968, à l’âge de 26 ans, je débarque à Montréal dans l’intention d’y rester un an. 53 ans plus tard, j’y suis encore !Je rencontre Charles, un français récemment débarqué lui aussi. L’étincelle jaillit et nous avons partagé cette vie d’immigrants francophones, heureux d’avoir trouvé un pays accueillant et chaleureux.
En 1971, nous louons un appartement sur Hutchison côté Montréal. Avec 2 jeunes enfants, je recherchais des parcs et instinctivement j’explorais ceux d’Outremont. À l’époque, on ne parlait pas encore du Mile End et du côté est de l’avenue du Parc, il n’y avait aucun espace vert. En conclusion, nous ne connaissions même pas le Bagel Shop!
En 1978, nous acquérons une maison sur Jeanne-Mance. Nos deux fils ont 3 et 6 ans. Une nouvelle vie s’amorce. Petit à petit, nous nous intégrons à notre nouveau milieu et nous l’apprécions à sa juste valeur. Les gens sont accueillants, les sourires font le reste. Autour de nous, des résidents proviennent de toutes origines, le coin est vraiment multiethnique et stimulant.
J’avais acquis dans ma jeunesse une conscience du bien-être procuré par l’entraide entre voisins et c’est l’occasion de mettre la main à la pâte. Assez vite, nous sentons le besoin de parler avec nos voisins, d’échanger outils et conseils et nous voulons participer à la vie communautaire. C’était le début d’une lutte qui dure encore en 2021. Améliorer la qualité de vie de notre quartier.
En 1982, je deviens donc la cofondatrice du Comité des citoyens du Mile End (CCME)… le mouvement communautaire est amorcé. Nous voulons faire partie des solutions. Au cours des années, le Comité touchera à plusieurs domaines importants pour nous : la circulation, l’embellissement, la propreté, les relations ethniques, l’organisation, pendant 12 ans, de la renommée fête de la St-Jean sur St-Viateur, la sécurité, la défense des locataires, des artistes, la présence du YMCA dans le quartier…et la préservation du patrimoine… À ce chapitre nous nous sommes impliqués dans la préservation du Rialto et de l’église anglicane de l’Ascension.
Je suis toujours engagée dans le bien-être des résidents du Mile End et ne voudrais pas déménager pour tout l’or du monde !!! »

 

Sherry Simon

Madame Sherry Simon, résidente du Mile End depuis les années 1970, est professeure titulaire au Département d'études françaises de l'Université Concordia.
Le quartier Mile End a nourri ses réflexions sur l’appartenance, la langue, les identités en évolution. Elle a notamment écrit un essai intitulé Hybridité culturelle, publié en 1999, où le premier chapitre est consacré au quartier Mile End.
En 1993, elle est membre du comité organisateur et s’occupe de la publicité de l’exposition Le Mile-End d'hier : souvenirs de notre quartier au XIXe siècle. Cette exposition inaugure l’ouverture de la bibliothèque du Mile End relocalisée dans l’ancienne église anglicane de l’Ascension.
Elle fait aussi partie des membres fondateurs de la Société Mile-End pour l’histoire et la culture, la première société d’histoire créée dans le quartier et l’ancêtre de Mémoire du Mile End.

Témoignage sur la chaine SHP

Pour en savoir plus

Notes biographiques

Sherry Simon est professeure titulaire au Département d’études françaises de l’Université Concordia depuis 1998, où elle enseigne la littérature et la traduction.
Elle a occupé en 2005 la Chaire de recherche du Canada Senior en Traduction et histoire culturelle au Glendon College de York University et a dirigé de 1995 à 2000 le programme de doctorat interdisciplinaire en lettres et en sciences humaines de l’Université Concordia.
Elle a dirigé avec Jean-François Chassay la revue culturelle Spirale durant dix ans. Ses travaux portent sur les relations interculturelles au Québec et ailleurs. Elle s’intéresse tout particulièrement aux villes multiculturelles et multilingues, comme Montréal. Elle est membre de la Société royale du Canada et de l’Académie des lettres du Québec.

Crédits

  • Entrevues : Huguette Legault, archiviste
  • Réalisation, montage, image et son : Annabel Loyola, cinéaste 
  • Image et son : Léo Fresnay
L’enregistrement de ces témoignages a été réalisé le 30 octobre 2021
grâce à une contribution de Bibliothèque et Archives Canada
dans le cadre du Programme pour les collectivités du patrimoine documentaire.

 

Table ronde de ces quatre femmes

Nous vous présentons ici la table ronde de ces quatre femmes : Lorraine Decelles, Helen Fotopulos, Claudine Schirardin et Sherry Simon, des leaders de l’action citoyenne qui ont contribué à sauvegarder ces bâtiments et une chercheure engagée dans la vie du quartier et l’histoire du Mile End.

Toutes, nous partagent leur passion, leur vécu et leur expérience… et nous parlent notamment de motivations, d’enjeux, d’organisation, de la collaboration avec Kevin Cohalan, de moments marquants et de leur attachement au Mile End. Elles livrent un message aux générations actuelles et futures.

 

Table ronde du 20 février 2022 sur la chaine SHP

Les faits et opinions émis par les personnes interrogées
constituent leurs souvenirs personnels et n’engagent pas
la responsabilité de la Société d’histoire du Plateau-Mont-Royal.